Votre remorque ou camion food truck.

Quelques conseils avant d’ouvrir votre food-truck ou camion d’alimentation.

Le camion restaurant relève de la législation du commerce ambulant, vous devez donc connaître les contraintes liées à cette activité.

Il faut dans un premier temps faire les démarches à la préfecture ou sous-préfecture de votre région, pour d’obtenir une autorisation provisoire en attendant de recevoir une carte professionnelle.

Il faudra ouvrir une société ( Micro Entreprise, EURL, SARL ) : l’inscription est à faire au registre du commerce.

L’activité de bouche ou alimentaire, est soumis à un agrément des services d’hygiène. Il est délivré une fois que le respect des normes d’hygiène et de salubrité est constaté par les services.

Pour vendre des boissons, il faudra une autorisation du service des douanes. Une licence sera alors nécessaire pour vendre des boissons. Plusieurs « niveaux » de licence existent en fonction des boissons alcoolisées ou non que vous allez vendre.

Si votre activité est exercée sur les marchés ou sur les foires, vous devez vous renseigner sur les horaires et les emplacements libres à la mairie de la ville ou du village ou vous voulez exposer. 

Si vous voulez exercer sur un emplacement en ville ou en bord de route vous devrez demander des autorisations de stationnement aux mairies où vous souhaitez exercer votre activité. Les mairies ont enormément de demandes pour peu de places disponibles, ce qui signifie que vous pouvez être mis en liste d’attente, ou être placé qu’une à deux fois par semaine.

L’une des meilleurs solution est de garer votre camion alimentaire sur un emplacement privé, comme un parking de supermarché, il faudra alors une simple autorisation écrite du propriétaire.

Dans tous les cas ces emplacements peuvent être certaines fois gratuits mais pour une grande partie ils seront payants.

Vous pourrez aussi exercer votre activité avec votre camion ou remorque magasin en tant que saisonnier ou occasionnel pour des festivals, des concerts ou encore manifestation culturelle.

Dans tous les cas ces démarches sont simples et sont moins compliquées que des démarches d’ouvertures de restaurants ou de magasins alimentaires qui demandent des contraintes assez compliquées.

[caldera_form id=”CF5d1e9bcb5f232″]